Alain Tremblay sort son tout premier album en carrière, “Trouver sa voie”

1024 1024 Les Disques Passeport

Alain Tremblay s’est frayé un chemin à son rythme sur les scènes québécoises avant de lancer aujourd’hui son tout premier album, Trouver sa voie, sous l’étiquette des Disques Passeport. Originaire de L’Isle-aux-Coudres, le sympathique auteur-compositeur-interprète propose aujourd’hui une belle façon de découvrir son identité folk et sa poésie raffinée.

Dès les premières notes de l’album, le ton est donné : proximité, authenticité et poésie. Trouver sa voie met de l’avant des textes riches et universels soutenus par des arrangements simples mais pertinents, surtout axés sur la guitare acoustique. En abordant des thèmes profonds tels que le vide laissé par le suicide (Ton départ), la lourdeur des secrets (Le sablier) ou la dérive des amours (Quand), Alain Tremblay réussit à s’éloigner de la banalité des sentiers battus amoureux.

Tout en équilibre, la proposition musicale d’Alain Tremblay se déploie d’une mélodie à l’autre avec une habile douceur. De « La Terre » au « Bonheur », à la houle du « Sablier », on file vers la guitare, le piano droit et l’harmonica de « La machine », qui aborde ses dures années à travailler à l’usine : « Tout ça, c’était contre ma nature. J’ai écrit cette chanson en pleurant pendant que je manœuvrais une machine, rêvant que je retournerais dans mon Charlevoix natal », raconte-t-il. Vient ensuite le pas rythmé de « Léopold », sorte d’hommage à l’héritage reçu de nos aïeuls dans lequel Alain raconte l’histoire de son grand-père Tremblay, un des personnages phares de la trilogie cinématographique de Pierre Perrault, tournée à L’Isle-aux-Coudres (Pour la suite du monde, Le règne du jour et Les voitures d’eau). Les autres chansons se suivent, de tableau en tableau, et on reconnaît son premier extrait radio « Je me sens frette », puis la chanson-titre où les percussions combinées à la guitare soulèvent les passions. Toute douce, « Ton départ » nous mène vers la surprenante « Orbitale », qui clôt le tout avec une guitare électrique enivrante.

Le réalisateur de l’album, Frédéric Boudreault (Geneviève Jodoin), s’est entouré d’une brochette de musiciens reconnus de grand talent. En plus de jouer lui-même de la basse, il a pu compter sur l’apport de Denis Ferland (Patrice Michaud) à la guitare acoustique, d’Alexis Martin (Damien Robitaille, Daniel Bélanger) à la batterie et aux percussions, de Simon Godin (Richard Séguin, Bouches Bées) à la guitare électrique et de Geneviève Jodoin (gagnante de La Voix 2019) aux chœurs. Tous accompagnent ainsi à merveille la belle voix grave de l’artiste, qui insuffle à ses chansons une douce impression familière et remplie d’espoir.

L’album Trouver sa voie d’Alain Tremblay est offert dès aujourd’hui sur les plateformes numériques. En attendant de voir sur scène ce répertoire fraîchement enregistré, il fera bon de savourer l’album en se donnant temps et espace pour déguster à leur juste valeur les mots de l’auteur-compositeur.